Government of New Brunswick

Dyane  Léger
Catégories: Auteures (femmes)Auteur.e.s francophonesPoètesCôte acadienne


Biographie

Née à Notre-Dame de Kent (Acadie) 1954. Artiste visuelle et poète, son premier recueil de poésie, Graines de fées, inaugure les Éditions Perce-Neige (1980). Depuis plus de trente ans, la poésie et la peinture, lui auront permis de voyager de par le monde en gardant son voilier ancré dans la réalité. Des Maritimes, à la Louisiane, en passant par l’Europe, Dyane Léger puise à la source du quotidien l’inspiration qui incite la poésie à naître.

Dyane Léger : Qui est-elle? Elle vous répondra : « Je suis une ligne dans le temps, un point dans l’éternité. Je suis celle qui écrit, chacun de mes livres me dé/livre un secret de plus. Conclusion : dans la vie, il y a le miroir qui regarde et le livre qui parle – entre les deux, une vie se tisse, la poésie passe. »

Dyane Léger vit à Moncton et à Notre-Dame de Kent.



Quel est votre livre néo-brunswickois préféré? Pour quelle(s) raison(s)?

Mon livre préféré demeure Acadie Rock de Guy Arsenault, (Éditions Perce-Neige, 1973). La lecture de ce livre m’a donné la permission de prendre ma première vraie goulée d’oxygène, de me remplir les poumons de vie, de sentir dans toutes les fibres de mon âme, la venue au monde d’une réalité que je soupçonnais existante, mais qui, jusqu’alors, demeurait camouflée sous une épaisse couche de brume. La découverte, ou plutôt, la confirmation qu’il y avait, quelque part dans le monde, des gens qui parlaient, riaient, pleuraient et vivaient au jour le jour, une réalité pareille à celle de la maison de mon père, a été pour moi une révélation, une délivrance. Ce jour-là, une porte s’est ouverte sur l’univers et je détenais entre mes mains, la clé qui menait à la liberté.

Selon vous, quel est le point culminant de votre carrière jusqu'à présent?

Chaque fois que je réussis à terminer un manuscrit qui devient un livre, chaque fois que je reçois une invitation à un événement littéraire, chaque fois qu’un lecteur ou une lectrice prend le temps de me glisser un mot, pour me dire comment un poème est allé chercher l’émotion chez lui, chez elle… je suis au point culminant de ma carrière.

D’avoir été invitée à prononcer une conférence à Strasbourg, ville marquée au Xve siècle par la révolution de l’imprimerie. D’avoir été invitée à présenter mes tableaux à Prague (ville aux cent clochers qui en compte en réalité 500) ; à Bratislava (ville où la millionième voiture Volkswagen a vu le jour) ; de savoir que Graines de fées a été le sujet de deux thèses de maîtrise (Denise Paquette et Maxine Judge) et d’être toujours capable de voir dans les yeux d’autrui la flamme de la passion scintiller… what else is there to add?

Prix littéraires

Finaliste -  Prix de poésie Terrasses Saint-Sulpice de la revue Estuaire - 1996 En reconnaissance de: Comme un boxeur dans une cathédrale
Prix France-Acadie - 1981 En reconnaissance de: Graines de fées

Titre en vedette

 
L'incendiaire
(2008)
Extrait:

Peu de choses sont certaines dans la vie, sauf la mort et quelquefois la douceur du printemps. Mais ça, tout le monde en est conscient à un moment ou à un autre de sa vie. On dit aussi que lorsqu’un amoureux offre de décrocher la lune et les étoiles pour une femme, c’est qu’il l’aime vraiment. And that diamonds are a girl’s best friend. Reality check. Les perles et les pierres précieuses qui pendent de mon poignet, ne m’apportent aucun réconfort, pas là, pas maintenant. (p.36) ; Je ne sais pas comment on tue un cochon, ni comment on arrive à réparer une transmission ; je sais seulement que la ligne du temps perdure encore et toujours et qu’avec son passage, le temps qui est nôtre, nous échappe, nous repousse, nous use, nous défait et qu’en fait de compte, le cri du cochon qu’on égorge est plus humain que nous ne l’imaginons. (p. 42)


Trouvez cet auteur dans le catalogue des bibliothèques publiques du Nouveau-Brunswick.


Source(s): Auteure